A la rencontre du chamanisme en Mongolie

Découvrez la sagesse ancestrale des chamans mongols

(1ère partie)
Par Laurène Baldassara

Un voyage en Mongolie n’est pas un voyage comme les autres, et j’allais bientôt m’en apercevoir. .. En partant là-bas, ma philosophie était « ne m’attendre à rien et laisser les choses arriver par elles-mêmes ».

Je suis arrivée à Oulan Bator, la capitale, où j’ai retrouvé 5 chamanes qui allait être présents durant tout le voyage. Un voyage qui allait m’emmener jusqu’au centre du pays, au milieu des steppes, où l’on peut faire des kilomètres sans jamais rencontrer une seule âme.

Durant le début de mon périple, je les regardais pour essayer de comprendre qui ils sont. Du moins c’est ce que je croyais, car ce voyage m’a appris un élément essentiel sur eux et sur moi à la fois : ils savent regarder quand je ne reste qu’à la surface des choses …
 
Ils ont un rapport à la nature comme un enfant à sa mère, parce qu’elle nous porte et nous nourrit. Ils observent, respectent et aiment cette nature à qui ils font régulièrement des offrandes telles que de la nourriture ou des bijoux.

Pour eux, chaque arbre, chaque montagne, chaque rivière est un esprit. Et chacun à son propre caractère. En arrivant quelque part, il est donc important de se présenter à eux, de dire qui l’on est, combien de temps l’on va rester et pourquoi l’on vient. Respecter et remercier les éléments fait partie d’eux. 

Toujours dans leurs regards, une bienveillance et une écoute. Ils observent les messages des oracles partout et tout le temps et quand ils ressentent que cela est nécessaire, nous nous arrêtons pour qu’ils fassent des offrandes.

Quand nous sommes arrivés dans des steppes isolées pour plusieurs jours de reliance, ils ont fait des rituels et nuit après nuit, ils se sont relayés pour passer la nuit dans la foret afin de veiller sur nous en établissant des protections autour du campement afin qu’aucun esprit malveillant ne nous importune …

La légende dit qu’il y a bien longtemps, les mongols ont passé un contrat avec l’invisible en s’engageant à respecter et protéger la Terre mère contre la possibilité de recevoir les pouvoirs des oracles …. Ainsi la Mongolie est devenue le berceau du chamanisme et une terre sur laquelle les traditions ancestrales sont préservées et perpétuées encore aujourd’hui …

Durant ces quelques jours isolés, j’ai compris certaines choses et touché du doigt ce qu’est pour eux « regarder ». Au cours d’échanges, j’ai pu leur poser des questions... ! Consultez la suite de cet article ici

Et si vous souhaitez vivre une expérience unique en rencontrant les chamans de Mongolie, venez assister au stage nettoyage et protection qu'ils viendront prochainement animer à Toulouse ....

Retrouvez tous les articles de laurène baldassara et les prochains évènements