Le pranisme : Vivre de lumière

21 jours de processus vers la nourriture pranique

Récit d'une expérience au pays de la lumière

Qu'est ce que le respirianisme ou prânisme ?

« Vivre de lumière » ! Cela est il possible ? On ne compte plus le nombre de saints ou de saintes ayant cessés de s’alimenter de nourriture physique. A notre époque, des personnes révèlent qu’elles se nourrissent uniquement de lumière ou plus précisément de « prana ». Le prana est un terme sanscrit qui désigne le souffle vital. Ces personnes sont souvent désignées sous le terme de respirianistes ou de personnes praniques. Une ouverture sur d’autres possibilités de fonctionnement de notre corps qui ne laissent personne indifférent ! Les uns ni croient pas, les autres sont dérangés par cette idée et les derniers s’interrogent. Depuis longtemps déjà, je m’intéresse au pouvoir de l’esprit sur le corps car sans l’esprit, le corps n’est rien. C’est de notre esprit que toute information part et nous avons ainsi la possibilité de dire à notre corps comment fonctionner… Au cours de jeûnes réguliers, sur des périodes plus ou moins longues, j’ai pu commencer à cerner l’impact qu’a la nourriture physique sur notre corps mais également sur notre esprit. En permettant à mon organisme de se reposer, j’ai pu constater l’étendue de l’énergie qu’il est possible de dédier à d’autres activités que la digestion. Les idées sont plus claires, les gestes plus précis et contrairement à ce que l’on croit … on n'a pas faim ! Depuis 1 an, je me suis intéressée à ce concept selon lequel il est possible de reprogrammer nos cellules afin de se nourrir différemment. Je tiens à préciser ceci : il ne s’agit pas de ne plus se nourrir car le corps ne peut survivre sans nourriture ! Il s’agit de se nourrir différemment en prenant l’énergie dont on a besoin directement à la source sans avoir besoin de consommer des élements solides. Le pranisme est différent du jeûne !

Un film reportage sur le sujet est particulièrement bien fait sur ce sujet : « lumière » de Peter-Arthur Straubinger. On y découvre des personnes vivant ainsi à travers le monde.J’ai également lu le livre de jasmuheen « vivre de lumière ». Dans son livre, Jasmuheen parle d’un processus de 21 jours au cours desquels on va passer d’un système à un autre. Ce travail de recherche et de réflexion personnel m’a ouvert de nouvelles perspectives. Peut on vraiment se nourri autrement ? l'esprit peut il être si puissant qu’il permette de reprogrammer le fonctionnement du corps ? Je pouvais bien lire tous les livres et voir tous les articles écrits sur le sujet, pour savoir de quoi il s’agissait vraiment, il n’y avait qu’une seule chose à faire …. Faire le processus moi-même !

Mon processus de 21 jours vers la nourriture pranique

Ce processus de 21 jours peut être fait seul ou accompagné. Pour des raisons de motivation et de sécurité, j’ai choisi de le faire en groupe, avec une personne pranique depuis de nombreuses années, perdue loin de toute civilisation. Précision : dans le processus que j’ai suivi, il n’y a pas d’arrêt de la consommation d’eau contrairement au processus de Jasmuheem où il y a un arrêt de tous les liquides durant les 7 premiers jours. Après 8 mois entre impatience et incertitude, je suis partie rejoindre le groupe pour la 1ère journée du processus. Quelques jours avant, j’avais sérieusement ralenti ma consommation alimentaire et arrêté tout alcool.Ce processus va se dérouler en 3 phases principales. La première semaine, il s’agit d’un nettoyage du corps physique essentiellement. La 2ème semaine, on nettoie les mémoires émotionnelles, les mémoires familiales et karmiques. La 3ème, on est davantage sur un plan spirituel avec la stabilisation du processus.

1ère semaine : nettoyage du corps physique

Cette première semaine s’est très bien déroulée ! Grace sans doute aux jeûnes réguliers que je fais, je n’ai pas eu de crises de migraines ou de vomissements comme en ont eu certains. Tout au long de cette semaine, j’ai senti que mon corps se nettoyait, je me suis également beaucoup reposée car je manquai d’énergie. La principale difficulté était de savoir si j’allais vraiment me nourrir de prana ou si j’allais seulement faire un jeune plus long que d’habitude. Je dois dire que cela se ressent assez rapidement car je n’avais pas les symptômes du jeûne : froid constant dans tout le corps, énergie stable …. 2 fois par jour, nous faisions un repas pranique. Il s’agit de capter le prana afin de se nourrir par une visualisation. On peut également le faire par la respiration. Certains vont peut être se dire « mais comment le corps peut être nourrit seulement en imaginant qu’une lumière entre en soi?" On imagine pas, on visualise ! Ces particules d’énergie sont partout autour de nous. Après avoir fait cette visualisation des dizaines de fois, je ne peux que vous apporter le témoignage de ce que j’ai ressenti… Une douce chaleur qui me remplissait ! Et pas de sensation de faim ! En plus de cela, j’ai eu la surprise d’avoir des visions chamaniques très particulières et fortes. Au cours de cette première semaine, ma motivation était très forte et c’est là la clé de tout ! Devenir pranique est possible mais cela requiert une motivation réelle et stable …. La 2ème semaine allait me l’apprendre.

2ème semaine : nettoyage des mémoires émotionnelles

Une semaine loin de chez moi, et aucune activité à l’horizon ! Oufff ! le temps commençait à devenir vraiment long …. En début de 2ème semaine, j’ai senti que l’émotionnel était remué avec des blessures du passé remontant à la surface au travers des rêves. Cette 2ème semaine a été très éprouvante d’autant que le corps commence à sentir que quelques chose ne fonctionne pas comme d’habitude et réagit. Les mémoires se libèrent en provoquant des douleurs. Tout le monde à eu son lot de douleurs, pour moi les muscles du dos m’ont bien fait souffrir et rien à faire pour soulager si ce n’est attendre …. C’est le grand enseignement de cette 2ème semaine : il faut accepter de ne se concentrer que sur le processus durant cette période. Accepter la douleur, accepter que les choses mettent du temps … Au 10ème jour, j’ai enfin senti que mon énergie revenait, avec des nuits de sommeil plus courtes et un meilleur moral. A la fin de la 2ème semaine, fatiguée du rythme du processus et commençant à sentir mon mental revenir au galop, j’ai compris que je me déconcentrais. A partir de là, les symptômes ont commencé à changer et j’ai retrouvé ceux des jeûnes. C’est là que j’ai compris que j’avais baissé ma garde et qu’en laissant le mental prendre le pas sur mes motivations, mon corps n’était plus piloté dans le processus.  C’est ainsi que j’ai décidé de mettre fin à l’expérience au 16ème jour ….

Bilan de l'expérience

Vivre de lumière …. Je sais à présent que cela est possible et que si nous pouvons tous potentiellement devenir pranique, certains ingrédients sont nécessaires pour y parvenir. Le premier d’entre eux étant d’avoir de très solides motivations et de parvenir à les stabiliser. Dans mon cas, je sais que j’ai perdu de vue mes objectifs en cours de route. L’objectif n’existant plus, j’ai « décroché » et mon corps avec. Par ailleurs, je m’aperçois que le faire dans un contexte différent sera nécessaire car le contexte du groupe n’est pas ce qui me convient le mieux. Aucun regret cependant car j’ai été aussi loin que j’étais en mesure de le faire pour le moment et qu’il m’est apparu que je tenais encore trop aux plaisirs de la table avec la convivialité et le capital plaisir et partage  qui accompagne ce rite. Cependant, cela a accru ma conscience vis-à-vis de l’alimentation, plus certaine que jamais que l’on est ce que l’on mange et qu’il est indispensable de manger de façon seine et consciente afin d’avoir un corps sain et un esprit clair. Et puis la porte reste là à portée de main …. Nul doute que le moment venu je la franchirai de nouveau, forte de cette première expérience au pays de la lumière !

Retrouvez tous les articles de laurène baldassara et les prochains évènements